{$impression.defaut.textAlt}

Vous êtes ici

Sad Paradise

Flux Rss
Module Addthis
{$temp.barre_outils.print.fr}
Diminuer la taille du texte Changer la taille du texte Agrandir la taille du texte

Passage central de la cohue

René Tanguy

Sad Paradise

L’exposition, faite de chemins de traverse et de déviations, s’enroule autour de deux grands axes de circulation. D’une part, l’histoire, celle racontée par les lettres originales et inédites de Youenn et Jack, accompagnées de quelques mots et cartes postales. Elles sont présentées de façon chronologique, de 1966 à 1969. D’autre part, la géographie, esquissée par les photographies, sans véritable carte, imprécise et poétique, où se croisent des parcours. Par ailleurs, à côté, autour, une archéologie des sentiments, faite de traces, d’empreintes, de reliques, d’ombres et d’objets donne son liant à cette histoire d’amitiés. Fraternités réelles et rêvées, dont la fragilité est la force…
Dialogue subtil entre les mots et les images, le propos voyage, dérive devrait-on dire, de Bretagne intérieure et maritime jusqu’aux rives du « Nouveau Monde ».

On peut prendre ce livre dans tous les sens ! Pour citer Denis Roche : « Les textes et les photographies n’ont rien à se dire. Elles se font face, s’ignorent mais regardent dans la même direction! ». Les unes ne sont pas l’illustration des autres. Elles se croisent parfois et se connectent alors miraculeusement.

Comme Youenn et Jack.

René Tanguy est photographe et vit entre la Bretagne et Paris. L’étranger provisoire et Le chemin de cécité, titres de deux précédents récits photographiques et autobiographiques (éditions Filigranes), René Tanguy rebat à nouveau les cartes du voyage. En parallèle au projet commun avec Anne-lise Broyer sur les pas de sergio larrain, Du monde vers le monde, escale à Valparaiso (éditions nonpareilles). Il se lance sur les traces de l’amitié désespérée entre Jack Kerouac, icône de la « beat generation » et Youenn Gwernig, poète breton exilé aux USA, pour un nouvel ouvrage : Sad Paradise (éditions locus solus, 2016). Comme précédemment, René Tanguy invente une déambulation où s’entremêlent tribulations réelles et cheminements intérieurs, dont le déroulement aime à s’égarer dans les replis secrets de l’être et les coins sombres de la mémoire. Il y est encore question de déracinement, de partance viscérale - ce désir irrépressible d’être ailleurs -, inoculés dès l’enfance. Tout n’y est pas certain, rien n’est arrêté, l’horizon se fait la belle et le flou existentiel l’emporte souvent sur le point d’ancrage. On peut alors y voir un état de la grâce primitive d’un monde volontairement indéfini, cueilli juste avant son effacement imminent.

Passage central de La Cohue

Un lieu magique, entre patrimoine et art contemporain, faisant la jonction entre la place saint-Pierre et la rue des Halles dans l’intramuros de Vannes. Ce passage est ouvert gratuitement au public, avec un point d’entrée au Musée des Beaux-Arts. Il s’agit d’anciennes halles médiévales de la ville.

Place Saint-Pierre

RETROUVEZ NOUS SUR FacebookTwitter


ORGANISATION

Direction de l’Événementiel - Pôle animation
02 97 01 62 30 - contact.evenementiel@mairie-vannes.fr

VILLE DE VANNES

Place Maurice Marchais - BP 509 - 56019 Vannes Cedex